Vous pensiez que le hamburger venait du mot anglais « ham » ?

Quelle erreur !

D’ailleurs, quelle place pourrait donc avoir le jambon

dans un sandwich à base de steak haché ? On se le demande... 

Le hamburger vient en réalité de la ville allemande… « Hambourg ».

 

Au 19ème siècle, les émigrants allemands sont nombreux à quitter leur pays

pour l’Amérique. Ils emmènent avec eux ce plat typique qui,

agrémenté d’oignons, de chapelure et de sel, se conserve bien sur le bateau.

Arrivé à New-York, il est adopté par la ville qui multiplie les stands de vente de cette viande préparée « dans le style de Hambourg ».

 

Une origine très disputée aux Etat-Unis

Plusieurs américains revendiquent ensuite la paternité du hamburger dans sa version actuelle, entre deux tranches de pain, le tout associé à une feuille de salade,

parfois à de la tomate et des oignons.

On peut notamment citer Charlie Nagreen dans le Wisconsin, les frères Menches

dans l’Ohio ou Uncle Fletcher Davies dans le Texas.

Encore aujourd’hui, les historiens n’ont pas fini de s’écharper sur ses origines.

En ce qui nous concerne, nous resterons sur l’invention de Oscar Weber Bilby en 1891 puisqu’il est le premier à avoir utilisé le fameux « bun ».

L’histoire, partagée par son petit-fils Harold avec le journaliste-voyageur Michael Wallis en 1995, est transmise de génération en génération avec luxe de détails.

 

« C’est mon grand-père lui-même qui m’a raconté qu’en juin 1891

il avait utilisé un vieux bout de ferraille pour se fabriquer un grill.

Le mois d’après, le 4 juillet, il faisait un grand feu de bois de noyer

sous cette grille et, quand le charbon a été rougeoyant,

il a fait cuire de la viande Angus sous la forme d’une grande quantité de hamburgers. Quand ils ont été cuits à point et juteux, il les a mis dans les pains ronds

au levain de ma grand-mère, les meilleurs du monde dont la recette est tenue secrète.

Il a ensuite servi tous nos amis et voisins sous les pacaniers.

Ces derniers en voulaient toujours plus, si bien que mon aïeul s’est résolu à en refaire.

Il a remis ça tous les 4 juillet, nourrissant jusqu’à 125 convives. »

 

En Australie, l’arrivée du hamburger est étroitement liée aux relations du pays avec les Etats-Unis; notamment lors de la première guerre mondiale.

Cependant, il est surtout popularisé dans les années 40 avec une recette locale

incluant des tranches de betterave à l’intérieur – mode lancée,

dit-on, par les marques Edgell et Golden Circle.

 

Initialement vendu au coin des rues New-yorkaises par des marchands ambulants,

la vente de hamburgers devient très vite, avec l'avènement de la société de consommation, un enjeu économique pour les chaînes de restauration rapide :

White Castle la première en 1921, McDonald's des frères Richard et

Maurice McDonald en 1952, etc.

 

Dans les années 60, une autre alternative voit également le jour :

le « works burger » ou « burger with a lot »

avec de la betterave (toujours), de l’ananas, un œuf sur le plat et de la mayonnaise au chili. On y ajoute parfois des oignons rissolés et du fromage.

De nos jours, il se décline à l’infini...

Les hamburgers sont aujourd'hui composés d'ingrédients beaucoup plus divers qu'autrefois. Hormis les hamburgers traditionnels avec un steak, on en trouve avec du fromage, au poulet, au poisson, végétariens ou végétaliens. De nouveaux hamburgers plus excentriques sont créés. On peut trouver par exemple au Japon des hamburgers avec de la salade de choux et du riz.

 

La légende :

On raconte qu’au 12ème siècle, les Mongols avaient l’habitude de transporter

leur viande à cheval, sous leur selle pour l’attendrir,

créant ce qu’on allait appeler le « steak tartare ».

Le plat, arrivé en Russie, aurait ensuite voyagé jusqu’en Allemagne, à Hambourg…

  

Records et anecdotes:

Le 13 novembre 2004, Takeru Kobayashi, détenteur du record du monde du plus grand mangeur de hamburgers, a battu son propre record en avalant 69 hamburgers en 8 minutes au cours d'un concours organisé à Chattanooga, dans le Tennessee.

Ce Japonais a conservé son titre sans problème lors de la deuxième édition de ce concours, l'Américaine Sonya Thomas finissant avec 46 hamburgers à son actif.

 

Un restaurant de Pennsylvanie, le Denny's Beer Barrel Pub, propose à ses clients un hamburger de 6,75 kg ce qui constitue le record actuel en la matière.

Ce Belly Buster est composé de 4,7 kg de bœuf, 25 tranches de fromage, une laitue,

trois tomates, deux oignons, et de sauces en quantités proportionnelles.

 

Le Black Bear Casino Resort au Minnesota a battu le record du plus gros hamburger avec un diamètre de 3,05 mètres et pesant 913,54 kg.

Il était constitué de 23,81 kg de tomates, 2,68 kg de laitue, 27,22 kg d'oignons,

8,62 kg de cornichons, 18,14 kg de fromage et 7,48 kg de bacon.